Adaptation : la FAO mobilisera 1,5 milliard $ pour 800 000 hectares de forêts dans 90 villes d’Afrique et d’Asie

L’Organisation des Nations unies (ONU) a lancé un programme de développement de forêts urbaines dans une trentaine de pays africains et asiatiques d’ici 2030. Dénommée « Une grande muraille verte pour les villes », l’initiative sera pilotée par l’Organisation des Nations unies pour l’agriculture et l’alimentation (FAO).

Il s’agira pour la FAO et ses partenaires de soutenir au moins trois villes dans chacun de ces 30 pays dans la création de nouvelles forêts d’une superficie avoisinant 500 000 hectares ainsi que le maintien de 300 000 hectares de forêts.

Selon la FAO, ces forêts urbaines peuvent, si elles sont bien gérées, « contribuer à réduire la température de l’air de 8°C, à réduire de 40% les frais associés à la climatisation et à améliorer la qualité de l’eau ». Des mesures bien utiles, car d’ici 2050, 70 % de la population mondiale vivra dans les villes.

La FAO estime à 1,5 milliard $, le financement nécessaire pour la mise en œuvre de cette initiative. « Notre idée est de constituer un fonds alimenté par différents bailleurs pour que les villes puissent demander un appui technique et financier », a précisé Simone Borelli, l’un des spécialistes des forêts urbaines de la FAO.

Grâce à cette initiative, les organisations espèrent établir une plus grande justice environnementale. Dans plusieurs pays dont l’Ethiopie et l’Afrique du Sud, il a été constaté que la différence de température entre les quartiers riches et arborés et les quartiers pauvres dénudés pouvait s’élever jusqu’à 10 °C.

ECOFIN