Accueil A la une African Infrastructure Investment Fund 3 signe son deuxième engagement en 4 mois...

African Infrastructure Investment Fund 3 signe son deuxième engagement en 4 mois dans le numérique en Afrique

0
191

African Infrastructure Investment Managers s’aventure dans le marché « naissant » des centres de données en Afrique subsaharienne, avec une acquisition au Ghana. La société de gestion de fonds surfe sur lesinvestissements attendus dans le numérique.

Le gestionnaire de fonds de private equity, African Infrastructure Investment Managers (AIIM), axé sur des projets d’infrastructures en Afrique et l’équipe de direction du centre de données Onix Data Centres, ont acquis la majorité des parts au sein de Ngoya Etix. Cet unique centre de données de niveau IV au Ghana comptera parmi les plus importants centres de données du pays une fois pleinement opérationnel.

L’opération d’achat a été structurée par l’African Infrastructure Investment Fund 3 (AIIF3) qui cible des acquisitions, en Afrique subsaharienne, dans les infrastructures numériques, l’énergie et les transports. Les détails sur le nombre d’actions rachetées et le prix global de cette acquisition n’ont pas été dévoilés.

« Cette acquisition marque le deuxième investissement d’African Infrastructure Investment Fund 3 dans le domaine des infrastructures numériques au cours des quatre derniers mois », a commenté Ed Stumpf, directeur des investissements chez AIIM.

« Les centres de données soutiennent et permettent l’économie numérique tout en présentant de fortes perspectives de croissance pour les investisseurs à long terme, tels que AIIM. Nous sommes impatients de faire de ce centre de données le leader du marché ghanéen », a-t-il ajouté.

Cette transaction intervient à un moment où l’économie numérique en Afrique connaît une certaine croissance. Selon des données compilées par l’AIIM, plus de 300 millions d’Africains ont eu accès à Internet entre 2010 et 2019 ; ce qui marque une transition vers des processus et modes de vie numériques.

Selon le gestionnaire de fonds, le marché des centres de données en Afrique subsaharienne est encore « naissant » mais connaît « une croissance rapide » qui sera accélérée avec les investissements dans les infrastructures numériques, désormais incontournables du fait de la covid-19.

Ngoya sera renommé Onix Accra 1 après l’acquisition. Cette transaction sera davantage bénéfique aux fournisseurs de services Internet, sociétés de télécoms et grandes entreprises qui pourront tirer profit de l’infrastructure numérique pour renforcer leurs services.