Accueil A la une Afrique du Sud : 3186 cas de réclamations frauduleuses enregistrés en 2020...

Afrique du Sud : 3186 cas de réclamations frauduleuses enregistrés en 2020 dans le secteur de l’assurance-vie (rapport)

0
22

 Les fraudes enregistrées dans le secteur de l’assurance-vie en Afrique du Sud ont progressé de 12 % en 2020. Les conditions de vie difficiles aggravées par la covid 19 ont poussé des familles désespérées à recourir à la fraude pour toucher des indemnisations indues, selon un rapport produit l’ASISA.

En 2020, 3186 cas de réclamations frauduleuses et malhonnêtes d’une valeur de 587,3 millions de rands (39,118 millions de  dollars) ont été enregistrés par les assureurs-vie sud-africains, selon un récent rapport de l’Association for Savings and Investment South Africa (ASISA) qui défend les intérêts des assureurs et sociétés assimilées dans le pays.

1 Fraudulent

Ces réclamations frauduleuses sont en hausse de 12 % par rapport à leur niveau de 2019, soit 2837 réclamations d’une valeur de 537,1 millions de rands.

L’assurance funéraire, liée aux obsèques, a enregistré le nombre le plus élevé de cas de fraudes en 2020, avec un total de 2282 réclamations d’une valeur de 80,8 millions de rands. Megan Govender, présidente du comité permanent de médecine légale de l’ASISA explique que la covid-19 et les conditions économiques difficiles liées à cette pandémie, notamment la perte d’emploi, a contribué à aggraver la situation de précarité de certaines familles qui ont décidé de « tenter leur chance » dans la fraude liée à l’assurance funéraire.

2 funeral

« Etant donné que les polices d’assurance obsèques n’exigent pas de tests sanguins ni d’examens médicaux et sont tenues de payer rapidement et sans tracas lorsqu’un membre de la famille assurée décède, les criminels et les personnes malhonnêtes tentent le plus souvent leur chance dans cet espace », souligne M. Govender.

Pour accéder illégalement à une indemnisation, certains fraudeurs achètent des cadavres non réclamés à des employés de morgue et utilisent ensuite ces corps pour réclamer, avec des documents frauduleux à l’appui, des polices souscrites quelques mois plus tôt, révèle Megan Govender. D’autres familles désespérées orchestrent des décès non naturels (accident de voiture) après le décès naturel de certains membres de leur famille, et signalent un délit de fuite pour ensuite réclamer une indemnisation.

Face à cette situation, souligne le document produit par l’ASISA, des assureurs-vie ont mis en place des mécanismes de détection de fraude sophistiqués utilisant l’Intelligence artificielle et les données. Ils ont également mis en garde les auteurs de ces fraudes contre des sanctions pénales.

Rappelons que le nombre de sinistres légitimes enregistrés par les assureurs vie a atteint 434 216 cas en 2020, dont plus de la moitié concernaient des polices funéraires.