Afrique du Sud: suppression de plus de 5000 emplois dans une mine de platine

La Compagnie minière Sibanye-Stillwater a annoncé mercredi 25 septembre la suppression de plus 5 000 emplois sur son site de Marikana dans le nord du pays.

Vingt pour cent de salariés et de contractuels qui travaillaient sur le site de Marikana perdront leur emploi. La Compagnie Sibanye-Stillwater met en place un plan de restructuration dans cette mine, rachetée il y a quelques mois au groupe Lonmin, le troisième producteur mondial de platine.

Faisant face à d’importantes pertes financières, Sibanye-Stillwater principal producteur d’or du pays avait annoncé en février dernier la suppression de 6 000 emplois, soit 10 % des effectifs, cette fois dans ces mines d’or.

Pas de miracle donc pour les salariés et les sous-traitants qui seront affectés par ces deux plans de réduction d’emplois. Faisant partie des piliers de l’économie sud-africaine, le secteur minier subit depuis cinq ans des variations des cours.

La forte baisse des prix des matières premières entraine la hausse des coûts de production. Ce nouveau plan de Sibanye-Stillwater – qui porte à plus de 11 000 les emplois qui seront supprimés –, est critiqué par l’Association sud-africaine des mineurs et des travailleurs du bâtiment. Selon elle, ce plan « montre que le principe du profit – pour les patrons des mines – l’emporte sur l’emploi. »

La mine de Marikana a été au cœur de l’actualité en 2012, lors d’une grève de salariés très violemment réprimée par les forces de l’ordre qui avaient abattu 34 personnes. Cette fusillade, la pire depuis la fin du régime de l’apartheid en 1994, avait déclenché une violente vague d’arrêts de travail dans les mines du pays, faisant une soixantaine de morts.

RFI