Accueil A la une Banque mondiale / Senegal : 4 accords de 423 millions de dollar

Banque mondiale / Senegal : 4 accords de 423 millions de dollar

0
89

CEREMONIE DE SIGNATURE DE 4 ACCORS DE FINANCEMENT

Projet d’appui à la Réponse contre la pandémie de la Covid19

Projet de filet de protection sociale

Projet régional d’accès à l’électricité

Projet cadastre et sécurisation foncière au Sénégal (PROCASEF)

Dakar – 25 juin 2021

Allocution de M. Nathan Belete

Directeur des Opérations de la Banque mondiale pour le Sénégal

———

Monsieur le Ministre des Finances et du Budget

Monsieur le Ministre de la Santé et de l’Action sociale

Madame le Ministre du Pétrole et des Énergies

Monsieur le Ministre du Développement communautaire, de l’Équité sociale et territoriale

Mesdames, Messieurs

Aujourd’hui, nous procédons à la signature de quatre accords d’un montant global de 453 millions de dollars, dont 241 millions de dollars sous forme de don. Nous bouclons ainsi une année fiscale avec un engagement qui fera date dans le partenariat entre la Banque mondiale et le Sénégal. En effet, le niveau de financements concessionnels de 898 millions de dollars, soit environ 484 milliards de francs CFA, n’a jamais été atteint en une seule année fiscale de la Banque mondiale.

Ce niveau exceptionnel de financement traduit une mobilisation très forte de la Banque mondiale pour appuyer le Gouvernement dans la réponse à la COVID19 et la relance de l’économie, dans un contexte lui-même exceptionnel. Il souligne aussi l’importance d’une gestion efficace des finances publiques afin qu’ils puissent se traduire par des changements concrets et rapides pour les populations du Sénégal. A ce titre, la mise en œuvre concrète de ces programmes doit attirer toute notre attention et notre diligence.

Les accords que nous venons de signer aujourd’hui couvrent plusieurs secteurs. Je vais commencer par la vaccination qui est un défi urgent qui touche tous les secteurs.  Monsieur le Ministre, le 21 juin dernier, vous avez participé avec vos collègues Ministres des Finances, à la naissance d’un partenariat entre la Banque mondiale et l’Union africaine pour soutenir l’Équipe spéciale pour l’acquisition de vaccins en Afrique (AVATT). Il permettra aux pays d’acheter et de déployer des vaccins avec en ligne de mire l’objectif de l’Union africaine de vacciner 60 % de la population du continent d’ici 2022.

Afin de mettre en œuvre ce partenariat, il est donc heureux que nous signions aujourd’hui l’Accord de Financement Additionnel de 134 millions de dollars dont 50% en dons pour le Projet de Réponse à la COVID-19.

Ce nouveau financement vise à appuyer le plan de déploiement de la vaccination contre la COVID-19 et l’achat de plusieurs millions de doses de vaccin. Avec cet appui, le Gouvernement peut ainsi rapidement et fortement accélérer la vaccination de la population sénégalaise notamment avec un fort accent sur la communication et la sensibilisation, qui est un des facteurs clés de réussite du projet pour répondre aux réticences à la vaccination.

Il permettra aussi de poursuivre les actions financées avec l’appui initial de 20 millions de dollars approuvés le 2 Avril 2020 pour renforcer la prévention, la détection, et la prise en charge des personnes infectées par le virus.

Je tiens à remercier Monsieur le Ministre de la Santé et de l’Action sociale et toute l’équipe du Ministère pour leur engagement dans la préparation et la mise en œuvre de ce programme.

En cette période que nous vivons, vacciner n’est pas tout, il faut également continuer de soutenir les groupes vulnérables particulièrement touchés par la Covid19. C’est tout le sens du financement additionnel de 110 millions de dollars, dont 70 millions sous forme de don, destiné au Projet d’Appui aux Filets Sociaux. Ce financement inclut des ressources de l’IDA mais également 30 millions de dollars venant du Fonds fiduciaire de la Coopération allemande BMZ administré par la Banque mondiale. Il permettra à l’Etat de déployer une assistance sociale exceptionnelle par transferts monétaires, pour aider les familles vulnérables à surmonter la crise liée à la Covid19 et à faire face aux futurs chocs climatiques. Un appui productif sera également mis à l’échelle au profit des ménages et agriculteurs les plus pauvres, pour les aider à améliorer leurs activités génératrices de revenus.

De plus, ce financement additionnel permettra l’extension du RNU, le Registre national unique, à 1 million de ménages conformément à la volonté du gouvernement, ce qui permettra de mieux déployer l’assistance aux populations vulnérables dans le futur.

Je tiens à remercier Monsieur le Ministre du Développement communautaire, de l’Equité sociale et territoriale et toute l’équipe du Ministère et en particulier celle de la Délégation générale à la Protection sociale et à la Solidarité nationale pour leur engagement dans la préparation et la mise en œuvre de ce programme.

Mesdames, Messieurs

En termes de vulnérabilité et d’équité territoriale, il convient de se rappeler que 24% des ménages sont actuellement sans accès à l’électricité. Or l’accès universel à l’électricité est un axe essentiel pour l’émergence du Sénégal. En plus d’améliorer la qualité de vie des ménages, l’électrification est une condition au développement d’activités productives génératrices de revenus et de création d’emplois, notamment pour les jeunes. Elle permet également l’amélioration et la résilience de certains services publics comme l’éducation et la santé.

C’est pourquoi nous sommes heureux de signer aujourd’hui ce premier financement de 129 millions de dollars, dont la moitié en don, en appui au Projet régional d’accès à l’électricité, dont l’objectif est d’accroître l’accès à l’électricité du réseau électrique à partir des postes des lignes de transmission du Système d’Échanges d’Énergie Électrique Ouest Africain, surtout dans des zones moins desservies et avec une incidence de la pauvreté plus élevée, notamment en Casamance. Grâce à cet investissement, cent mille (100.000) nouvelles connexions équivalent à six cent mille (600.000) personnes qui auront accès à l’électricité grâce à la densification des réseaux de distribution autour des sous-stations.

Je tiens à remercier Madame le Ministre du Pétrole et des Energies, et toute l’équipe du Ministère ainsi que la SENELEC pour leur engagement dans la préparation et la mise en œuvre de ce programme.

Nous y voilà pour le 4eme et dernier financement dont l’objet est sans doute le plus complexe puisqu’il s’agit du foncier dont la première et dernière réforme majeure remonte à 1964 (mille neuf cent soixante-quatre).

Mesdames, Messieurs

Pour complexe qu’elle soit, la question foncière demeure essentielle pour la vie économique et sociale du Sénégal.

La Banque mondiale, avec ce financement de 80 millions de dollars, dont la moitié en don, au Projet Cadastre et Sécurisation Foncière (PROCASEF), a répondu à la sollicitation du Gouvernement et à sa volonté d’améliorer la gouvernance foncière par la mise en place d’un cadastre national. C’est un chantier immense, de longue haleine, et la Banque mondiale apporte aujourd’hui sa contribution en mettant à disposition les ressources nécessaires pour aider à relever ce défi.

Entre autres résultats visés, le PROCASEF, conçu avec une contribution appréciée d’organisations de la société civile, et en partenariat avec les autres partenaires techniques et financiers, veut aider à formaliser au sein de 136 communes, les droits fonciers sur le Domaine national, qu’ils soient individuels ou collectifs, qu’ils portent sur des terrains agricoles, pastoraux ou d’habitation et remettre des documents fonciers officiels à chaque ayant-droit. Le PROCASEF permettra aussi de donner aux institutions en charge du foncier, depuis les communes jusqu’aux ministères centraux, les infrastructures, les outils et les capacités humaines nécessaires à l’enregistrement à grande échelle des droits sur le sol.

Je tiens à vous remercier Monsieur le Ministre des Finances et du Budget et toute l’équipe du Ministère pour votre engagement dans la préparation et la mise en œuvre de ce programme.

Mesdames, Messieurs,

Permettez-moi de terminer en félicitant les bénéficiaires impliqués dans la conception de ces programmes ainsi que les membres de l’administration sénégalaise qui ont travaillé sans relâche et en bonne harmonie avec les équipes de la Banque mondiale pour préparer ces projets du gouvernement, dont les financements ont été adoptés par notre Conseil d’administration pendant cette année fiscale. Maintenant que ces financements sont disponibles, il importe à présent de se focaliser sur leur mise œuvre efficace, selon les bonnes pratiques de gestion des finances publiques. La population sénégalaise en général, et ses composantes les plus vulnérables en particulier, comptent sur tous ceux qui sont impliqués dans la mise en œuvre de ces programmes, afin qu’ils puissent en voir rapidement l’impact visible sur l’amélioration de leurs conditions de vie.

Je vous remercie pour votre aimable attention.