Diameniadio/CIDD : « Un projet d’infrastructure qui a été lancé et  qui a  connu, sept ans ou dix ans de retard ne peut pas connaitre un retour d’investissement ».(D’ALBIS HYPPOLYTE, Cercle des Économistes)

Le centre International de Conférence Abdou Diouf de Diameniadio a accueilli ce lundi 2 décembre la conférence Internationale sur Le Développement Durable et Dette soutenable.

panel sur la rentabilité des investissements publics a permis aux acteurs d’aborder plusieurs questions relatives aux problèmes   qui causent l’échec de ces investissements.

Un   investissement  public s’il n’est pas rentable, s’il ne génère pas de valeur, va engendrer un   problème d’endettement insoutenable qui se répercute chez les populations.

Ainsi selon D’ALBIS HYPPOLYTE, membre du cercle des économistes, «Il faut faire en sorte que cet investissement soit rentable. On a  tendance à trop se focaliser sur l’aspect financier et l’aspect ingénieur, mais il manque l’aspect incontournable  qui est la gestion de projet[H1]  ».

Ces gestionnaires de projet interviennent à tous les niveaux, à toutes les phases du développement du projet. Selon toujours  lui, « IL faut prendre en compte toutes les composantes du projet. Parfois oublié une des dimensions suffit à faire en sorte que le projet ne soit pas réussi »

.Il faut que les coûts et les délaies soient maîtriser. « Un projet d’infrastructure qui a été lancé et  qui a  connu, sept ans ou dix ans de retard ne peut pas connaitre un retour d’investissement », déplore-t-il.

Alors pour protéger ces investissements, on doit prendre en compte tout l’écosystème du projet et de faire en sorte  que le renouvellement de l’investissement ne soit plus nécessaire……