Econews/Opérateurs : Sonatel en quête de 100 milliards FCFA sur le marché financier de l’Uemoa

Au Sénégal, l’opérateur télécom Sonatel lance un emprunt obligataire de 100 milliards FCFA ce 15 juin sur le marché financier de l’Uemoa pour financer son plan d’investissement 2020. L’entreprise veut moderniser et étendre son réseau et accélérer sa transformation en opérateur multiservices.

La Société nationale des télécommunications (Sonatel), présente dans cinq pays d’Afrique de l’Ouest, annonce le lancement ce 15 juin 2020 d’un emprunt obligataire d’une valeur de 100 milliards FCFA sur le marché financier régional de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa). A travers cette opération qui court jusqu’au 15 juillet, la Sonatel entend poursuivre sa politique d’investissement pour soutenir sa croissance au Sénégal au cours de l’année 2020.

Le programme d’investissements permettra à terme d’améliorer l’expérience client, de poursuivre la modernisation et l’extension de son réseau pour booster les segments voix, data mobile et Mobile Money, renforcer sa position dans l’innovation et la technologie dans le secteur des Télécoms, lancer de nouveaux métiers (Energie, Banque, contenus multimédias).

Sonatel a mandaté la Société de gestion et d’intermédiation Impaxis comme arrangeur et chef de file du syndicat de placement chargée de la préparation et de la réalisation de l’emprunt obligataire. Le prix de l’obligation a été fixé à 10 000 FCFA. L’emprunt d’une durée de 7 ans dont 2 ans de différé sur le remboursement du capital, a été négocié à un taux d’intérêt de 6,50 % l’an.

La confiance de Sonatel dans sa capacité à rembourser cet emprunt une fois ses investissements réalisés découle de la bonne santé financière affichée par le groupe télécoms depuis plusieurs années. Sur les trois dernières années, le chiffre d’affaires du groupe est allé croissant pour se stabiliser à 1 087 milliards FCFA à la fin de l’exercice 2019. Sauf évènements exceptionnels, le groupe télécoms est certain que cette croissance se poursuivra au cours des sept prochaines années tandis que ses dettes financières et sa dette nette qui s’élèvent respectivement à 439 et 86 milliards FCFA devraient baisser.