26.1 C
Dakar
mercredi 7 décembre 2022

Economie/ CEDEAO : l’éco en perspective.  par Lamine Ba économiste

 

Le 21 décembre 2019 se jouait l’avenir de la monnaie unique de la communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao), simultanément, à Abidjan et à Abuja. Après avoir reçu son homologue français, Emmanuel Macron, le vendredi 20 décembre 2019 à Abidjan, le président Ivoirien, Alassane Ouattara, s’envola le lendemain pour Abuja, afin de participer à la 56éme session ordinaire de la conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de la Cedeao. Parti exposer son projet de réforme sur le franc Cfa à ses pairs de la Cedeao, le président Ivoirien rentra le jour même sur Abidjan, pour annoncer lors d’une conférence de presse conjointe, avec son homologue français, une transformation du franc Cfa.

- Publicité -

La réforme présentée par le président Ivoirien implique le changement de nom du franc Cfa, qui deviendra « éco » en 2020, la fermeture du compte d’opérations du trésor français, ainsi que le retrait de la présence française dans les instances de gouvernance de l’Union économique et monétaire de l’Afrique de l’Ouest (Uemoa). A cet égard, l’éco héritera, dans un premier temps, du taux de change fixe avec l’euro, avant de basculer, dans un second temps, vers le régime de change flexible adopté par la Cedeao.

Selon le communiqué de presse de la conférence d’Abuja, « la réforme de la zone monétaire de l’Uemoa facilitera son intégration dans la future zone monétaire de la Cedeao », les chefs d’Etat se félicitant des évolutions du franc Cfa. Cependant, officieusement, une lutte d’influencer sur le régime de change « fait actuellement rage » au sein de l’organisation ouest-africaine, entre certains pays de la zone franc, emmenés par la Côte d’Ivoire, et les mastodontes économiques que sont le Nigeria et le Ghana. Le « lobby ivoirien » souhaiterait étendre l’éco sous une parité fixe avec l’euro, aux 7 autres membres de la Cedeao hors Uemoa, tandis que le Nigéria et le Ghana souhaiteraient jouir d’une monnaie autonome et flexible.

Du côté ivoirien, on ne souhaite pas avoir un éco volatile, qui serait un « naira bis », dans le cadre d’un régime de change flexible, au vu du poids économique et démographique du Nigeria. En effet, le Nigéria représente 70% du PIB et environ 52% de la population e la Cedeao, ce qui suppose que la future banque centrale fédérale ouest-africaine défendrait, en priorité, les intérêts économiques nigérians. La politique monétaire ouest-africaine serait alors indexée sur l’évolution des cours du pétrole, principale source de revenus du Nigéria, ce qui nuirait aux intérêts économiques des Etats de la zone franc actuelle. Du côté du Nigéria et du Ghana, on ne souhaite pas bénéficier du système rigide du franc Cfa, qui sacrifie l’économie réelle sur l’autel de la stabilité monétaire, en bridant la compétitivité et le financement de ses économies membres.

la France continuera de garantir l’éco sur la seule base de sa confiance envers « la bonne gouvernance » des instances monétaires ouest- Sans son « principal baromètre », qui garantissait la convertibilité africaines. Conformément aux propos du président du conseil des ministres de l’Uemoa, Romuald Wadagni. Pour beaucoup, la Bceao va bénéficier de plus de flexibilité dans sa politique monétaire, avec le rapatriement de ses réserves de change. Rappelons que les réserves de change servent principalement à financer les importations, et à défendre la valeur d’une monnaie par rapport à des monnaies de référence, sur les marchés des changes. Du fait que la France garantira l’éco, les réserves de la Bceao ne serviront qu’à financer ses frais de fonctionnement et le commerce extérieur des Etats membres de la Zone franc, comme c’est aujourd’hui le cas avec le franc Cfa.

 

Malgré le retrait de la présence française, la bceao ne pourra pas avoir de politique monétaire autonome, tant que sa monnaie sera rattachée à un régime de change fixe. Elle est contrainte de calquer sa politique monétaire sur celle de la banque centrale européenne (BCE), qui cible une inflation de 2%, afin de défendre le taux le taux de change fixe réel » de sa monnaie par rapport à l’euro. Si elle décider de s’écarter du ciblage d’inflation de la BCE, en menant une politique monétaire plus expansionniste que sa consœur, pour promouvoir par exemple, le financement de l’économie réelle, elle créerait de l’inflation qui déprécierait l’éco en termes réels. La valeur nominale de l’éco supérieure a sa valeur réelle et pourrait  décider de dévaluer l’éco .Bceao aura donc clairement les mains liés.

L’objectif principal de la politique monétaire de la Bceao devrait être la croissance économique, qui s’accompagne généralement d’inflation. Si l’inflation venait à s’animer dans la zone uemoa, ce serait bon signe : les revenus augmenteraient suite à la hausse des prix / salaire. Ce qui signifierait que la demande serait plus vigoureux, et permettrait de développer des moyens de production, nécessaire à un processus de d’épanouissement industriel et économique. A ce titre, un distinguo doit être opéré entre la «  bonne inflation » et la « mauvaise inflation »

En conclusion, on peut affirmer que la forme change, mais que le fond demeure. La France préserve ses intérêts économiques, en demeurant la garante de la convertibilité de l’éco. Ce n’est pas un secret de polichinelle de dire que son grand projet est d’étendre l’éco, sous sa forme actuelle, aux7autres membres de la Cedeao, le Nigeria en tête  qui est d’ailleurs son principal partenaire commercial en Afrique subsaharienne. Or, le Nigeria a longtemps répété qu’il n’était pas disposé a En intégré une sous influence extérieure. L’état français compte sur son «  lobby de la zone franc », pour inciter le Nigeria à changer sa position. Espérons que les chefs d’état de l’Uemoa respecteront la mise en place du régime de change flexible adopté le 29 juin à Abuja, afin que le projet de monnaie unique de la Cedeao ne demeure pas un serpent de mer.

Articles Similaires

Bâtir une passerelle vers l’avenir : la « journée portes ouvertes sur le cloud » des entreprises de Chine et d’Afrique du Sud s’est déroulée avec succès

Le 1er décembre, « passerelle vers l'avenir », une activité thématique de la « journée portes ouvertes sur le cloud » des entreprises de Chine et d'Afrique...

Recettes de l’état : La belle performance des Impôts et de la Douane

L’Agence nationale de la statistique et de la démographie (Ansd) a publié les repères statistiques de septembre 2022. L es recettes de...

Transferts d’argent de la Diaspora : le Sénégal quatrième destination en Afrique subsaharienne

En 2022, les transferts d’argent de la diaspora sénégalaise vers son pays sont estimés à 1676 milliards de francs CFA. Ce niveau...

Restez connectés

22,024FansJ'aime
0SuiveursSuivre
20,300AbonnésS'abonner
- Publicité -
- Publicité -

Derniers Articles

Bâtir une passerelle vers l’avenir : la « journée portes ouvertes sur le cloud » des entreprises de Chine et d’Afrique du Sud s’est déroulée avec succès

Le 1er décembre, « passerelle vers l'avenir », une activité thématique de la « journée portes ouvertes sur le cloud » des entreprises de Chine et d'Afrique...

Recettes de l’état : La belle performance des Impôts et de la Douane

L’Agence nationale de la statistique et de la démographie (Ansd) a publié les repères statistiques de septembre 2022. L es recettes de...

Transferts d’argent de la Diaspora : le Sénégal quatrième destination en Afrique subsaharienne

En 2022, les transferts d’argent de la diaspora sénégalaise vers son pays sont estimés à 1676 milliards de francs CFA. Ce niveau...

Le service de propriété intellectuelle ouvre de nouvelles opportunitéscommerciales à des centaines d’entreprises européennes et marocaines

Au cours de l’année écoulée, le « service d’assistance aux PME en matière de propriété intellectuelle en Afrique » a aidé plus...

Ministère de l’Economie, du plan et de la coopération : Le budget 2023 arrêté à plus de 50 milliards de FCFA

Oulimata Sarr,  ministre de l'Économie, du Plan et de la Coopération fait face aux parlementaires en plénière pour les besoins de l'examen...