26.5 C
Dakar
dimanche 14 août 2022

Economie : La croissance en Afrique monte de 3,5% à 4%

L’Afrique est encore loin de la Chine ou de l’Inde, mais elle poursuit sa progression. C’est l’un des messages de la Banque africaine de développement (BAD). Cette banque a présenté, vendredi 8 février, à Addis-Abeba, son rapport sur les perspectives économiques du continent pour 2019. De 3,5% en 2018, la croissance devrait monter à 4% cette année. L’Afrique de l’Est continue de mener la danse avec près de six points de progression du PIB, devant l’Afrique du Nord, l’Afrique de l’Ouest, Centrale et, enfin, l’Afrique australe, pénalisée par les difficultés de l’Afrique du Sud. Du côté de la BAD on se veut plutôt positif.

Avec notre correspondant à Addis-Abeba, Vincent Dublange

- Publicité -

« L’Afrique est en marche », explique Gabriel Negatu, de la Banque africaine de développement (BAD). Sa collègue Hanan Morsy renchérit : « Le continent bénéficie d’une croissance plus importante que les autres marchés émergents et économies en développement. »

Grossissement de la dette

Et cette croissance, la BAD, la juge de meilleure « qualité ». Ses fruits sont davantage utilisés pour réinvestir et pour améliorer les exportations. Et cette amélioration de la situation économique globale a permis à beaucoup de pays de prendre de l’assurance, jusqu’à emprunter de l’argent sur les marchés financiers. Le point noir, c’est que la dette globale a donc grossi selon les experts : 34% du PIB africain il y a dix ans, 58% aujourd’hui.

Mais les différences sont importantes entre les Etats. Pour Hanan Morsy, « ce que l’on conclut est que, oui, il y a une vulnérabilité due à la dette, et c’est un motif d’inquiétude pour certains pays du continent. Mais globalement, il n’y a pas de risque qui mette en danger tout le système. »

La zone de libre-échange, un espoir

L’industrie demeure la principale pourvoyeuse d’emplois en Afrique et quand elle se met en marche, elle entraîne les autres secteurs (services et agriculture). Mais il reste un problème de taille des entreprises, selon Hana Morsy, « ce n’est pas qu’une question d’avoir surtout des petites entreprises, le souci est qu’elles ne grossissent pas. Elles ne deviennent pas des moyennes ou des grandes. »

La Banque africaine de développement place toutefois beaucoup d’espoirs dans l’entrée en vigueur attendue de la zone de libre-échange. Peut-être en juillet 2019.

Articles Similaires

200 000 dollars américains de subventions disponibles pour améliorer l’accès et la connectivité Internet dans le monde entier

La Fondation Internet Society a lancé une deuxième série de subventions pour développer l'accès et la connectivité Internet dans le monde. Le programme...

Hisense South Africa fait don d’un échographe HD60 au Peninsular Maternity Trust pour la maternité de Mowbray

La maternité de Mowbray, située au Cap, est la plus grande maternité d'Afrique du Sud spécialisée dans les soins aux femmes présentant...

Pr Moustapha Kassé : La guerre en Ukraine est « un justificatif pour nos dirigeants dont les politiques agricoles ont lamentablement échoué »

Identifier les impacts de la guerre en Ukraine et de la pandémie de Covid-19, tels ont été les objectifs de cet atelier...

Restez connectés

22,024FansJ'aime
0SuiveursSuivre
20,000AbonnésS'abonner
- Publicité -
- Publicité -

Derniers Articles

200 000 dollars américains de subventions disponibles pour améliorer l’accès et la connectivité Internet dans le monde entier

La Fondation Internet Society a lancé une deuxième série de subventions pour développer l'accès et la connectivité Internet dans le monde. Le programme...

Hisense South Africa fait don d’un échographe HD60 au Peninsular Maternity Trust pour la maternité de Mowbray

La maternité de Mowbray, située au Cap, est la plus grande maternité d'Afrique du Sud spécialisée dans les soins aux femmes présentant...

Pr Moustapha Kassé : La guerre en Ukraine est « un justificatif pour nos dirigeants dont les politiques agricoles ont lamentablement échoué »

Identifier les impacts de la guerre en Ukraine et de la pandémie de Covid-19, tels ont été les objectifs de cet atelier...

Le Programme pour l’emploi, la transformation économique et la relance au Sénégal (ETER) : pour un secteur privé plus dynamique et compétitif au Sénégal

Meriem Ait Ali Slimane (Spécialiste senior du secteur privé – Banque mondiale) Laurent Gonnet (Spécialiste principal du secteur financier...

Tabaski 2022 : Des éleveurs financés à travers le Fonds de garantie des investissements prioritaires

Pour ne pas ressentir le coût du bétail dans certaines localités du pays, le Fonds de garantie des investissements prioritaires (Fongip), veut...