Accueil Eco des ressources naturelles Economie :  Les risques liés à l’exploitation du pétrole et du gaz...

Economie :  Les risques liés à l’exploitation du pétrole et du gaz sont essentiellement orientés vers les ressources halieutiques

0
253
 Un atelier de lancement du processus de mise en place d’un plan de prévention aux impacts et risques de catastrophes écologiques sur les ressources halieutiques a été organisé hier, mercredi 18 décembre par le Forum Civil, en partenariat avec le ministère de la pêche et de l’économie maritime.
Pour la prévention des impacts et risques de catastrophes écologiques sur les ressources halieutiques à l’aune de l’exploitation des ressources pétrolières et gazières du Senegal, un plan de prévention sera mis en place. A cet effet, des concertations entre les différents acteurs ont été enclenchées hier, mercredi 18 décembre, sous la houlette du Forum Civil et du ministère de la Pêche et de l’économie maritime. « Avec les importants gisements de ressources pétrolières et gazières découvertes au Sénégal, il est opportun que des concertations soient tenues entre acteurs concernés pour échanger sur les interactions et la durabilité des activités océaniques. Si ces ressources minières offshore sont bien gérées, elles pourront accélérer la croissance économique de nos pays et permettre à long terme faire du Senegal un pays industrialisé et à revenu intermédiaire d’ici l’année 2030 », a fait savoir Mamadou Goudiaby, directeur de la pêche maritime.
Selon lui, les risques liés à l’exploitation du pétrole et du gaz sont essentiellement orientés vers les ressources halieutiques. « Ce sont des risques de toxicité aigue et chronique avec des conséquences  néfastes qui peuvent conduire à la mortalité », souligne-t-il. Parlant de l’apport du secteur de la pêche dans l’économie nationale, le directeur de la pêche maritime à informé que la contribution de la pêche  dans l’économie sénégalaise est de 3,2% du PIB. Mieux, il ajoute que les populations du littoral maritime mangent quotidiennement par personne, par habitant et par an 30 à 40 kilogramme de poissons. « Selon la Fao, nous sommes en moyenne à 29 Kg par habitant et par an. Lorsque nous ne prenons pas suffisamment de précaution d’anticipation par rapport à cette exploitation, cette consommation en denrée d’origine halieutique va s’effondrer », prévient-il.
PAF/Econews