25.1 C
Dakar
vendredi 3 février 2023

Economie : «Nous finançons des projets de qualité».( AMBROISE FAYOLLE/ BEI)

  Partenaire de longue date du Sénégal (où elle détient un portefeuille de 451 milliards de FCfa) et du continent, la Banque européenne d’investissement (Bei) s’engage à apporter sa pierre à l’édifice à travers des financements, des conseils et  des partenariats public-privé.  Présent à Dakar pour la Conférence Africa Day (26-27 février), son Vice-président, Ambroise Fayolle, fait le point dans cet entretien.
  Pourquoi avez-vous organisé la Conférence Africa Day à Dakar?
  C’est le jour où la Banque de l’Union européenne (autrement dit Bei), vient discuter avec les différents partenaires et parties prenantes de nos politiques de développement.  Nous avons choisi le thème de la ville durable parce que dans toute la théorie du changement climatique, les évolutions urbaines, notamment en Afrique où le taux d’urbanisation va être plus l’important que dans le reste du monde,  constitue un sujet important.
  -Pourquoi Dakar?
  Parce qu’on a une activité importante à Dakar dans l’électricité, l’eau, le secteur privé, les infrastructures … J’ai souhaité honoré, en venant ici, une démarche faite au Président Macky  Sall de venir pour notre journée annuelle au Sénégal.
  -Quel bilan tirez-vous de cette édition?
  Le bilan est positif. Les discussions ont été intéressantes surtout sur une thématique importante pour l’Afrique : « le développement de villes durables ».
  -Comment la Bei peut accompagner le Sénégal dans sa quête d’émergence et quel est l’état de votre portefeuille dans notre pays?
  Au Sénégal, nous avons un portefeuille d’environ 640 millions d’euros (424 milliards de FCfa).  Nous avons financé beaucoup de projets sur une récente Période.  Sur ce portefeuille de 640 millions d’euros, un peu moins de 400 millions ont été financés au cours des cinq dernières années.  Cela s’explique par le fait que beaucoup de programmes sont présentés par le Sénégal à la Bei, une banque de projets, pour aider à la mise en place d’un certain nombre de priorités sénégalaises qui correspondent à  des priorités européennes.  Nous pouvons citer le Bus rapide transit (Brt), la troisième usine d’eau de Keur Momar Sarr (Kma3), l’interconnexion électrique, le soutien à la Senelec. L’autre priorité européenne est de voir ce qu’on peut faire pour aide le secteur privé en Afrique. Le jeudi 27 février, nous avons signé,  avec la société de microcrédit Baobab, la poursuite de notre engagement en faveur de la microfinance au Sénégal, particulièrement de l’entrepreneuriat féminin.  Nous avons également paraphé deux autres projets, l’une avec une Fondation belge, l’autre avec un fonds d’investissement qui investit dans des entreprises à fort potentiel de croissance au Sénégal et en Afrique.
–  Êtes-vous satisfait de l’état d’exécution des projets que vous financez au Sénégal?
  Nous aimons visiter les projets parce que c’est toujours une occasion de voir les choses et de pouvoir discuter avec les gens.  Durant notre séjour, nous avons visité des projets que nous finançons.  Toute la délégation était satisfaite de la manière dont ils sont mis en œuvre.
  Il y a une multiplicité d’acteurs en Afrique.  En tant que bras financier de l’Union européenne, comment comptez-vous capitaliser sur votre longue expérience sur le continent pour faire face à la concurrence des pays émergents?
  Je ne parlerais pas de concurrence, car les besoins de financement sont importants.  Et donc, s’il y a beaucoup d’acteurs, c’est une très bonne chose.  En revanche, nous faisons très attention aux projets que nous finançons.  Ils doivent être des programmes de qualité et se faire aux meilleures conditions pour le pays et pour le contribuable sénégalais.  Nous veillerons à continuer à financer de bons projets qui ont un impact sur le développement et dans les meilleures conditions financières pour le pays.
 – Quelle est l’action de la Bei pour le secteur privé?
  Nous essayons de favoriser le développement et le financement du secteur privé de différentes maniéres.  Nous finançons ainsi de petites institutions de microfinance.  Par exemple, Baobab au Sénégal.  Vu que nous ne diffusons pas de réseau sur le terrain, nous finançons aussi des banques qui vont elles-mêmes traiter avec les Pme.  Ensuite, nous vérifions si les conditions de financement sont bonnes pour les Pme.  Nous pouvons, en outre, financer directement des projets du secteur privé et des partenariats public-privé.  Un des grands succès du Sénégal, c’est le projet Scaling Solar pour le développement des centrales solaires à un coût incroyablement bas.  Nous avons financé ce projet avec la Banque mondiale à traverser sa filiale, la Société financière internationale (Sfi), et un partenaire privé, Meridiam. C’est le modèle qu’il faut suivre.
- Publicité -

Articles Similaires

Entrepreneuriat : Le secteur privé doté d’un fonds d’appui à l’investissement de 7 milliards FCfa

Oumar Cissé, coordonnateur de la Plateforme d’appui au secteur privé et à la valorisation de la Diaspora sénégalaise (PlASEPRI), a présidé ce...

Souveraineté alimentaire : Macky Sall invite à emprunter « le chemin de l’Afrique des solutions »

L'Afrique doit trouver des solutions à la situation de précarité alimentaire à laquelle elle se trouve confrontée, afin que le continent puisse...

Hausse des prix de l’énergie : Les pauvres vont payer la note

Le gouvernement du Sénégal, sous la pression du Fonds monétaire international, avait promis d’augmenter les prix du carburant et de l’électricité, sans...

Restez connectés

22,024FansJ'aime
0SuiveursSuivre
20,500AbonnésS'abonner
- Publicité -
- Publicité -

Derniers Articles

Entrepreneuriat : Le secteur privé doté d’un fonds d’appui à l’investissement de 7 milliards FCfa

Oumar Cissé, coordonnateur de la Plateforme d’appui au secteur privé et à la valorisation de la Diaspora sénégalaise (PlASEPRI), a présidé ce...

Souveraineté alimentaire : Macky Sall invite à emprunter « le chemin de l’Afrique des solutions »

L'Afrique doit trouver des solutions à la situation de précarité alimentaire à laquelle elle se trouve confrontée, afin que le continent puisse...

Hausse des prix de l’énergie : Les pauvres vont payer la note

Le gouvernement du Sénégal, sous la pression du Fonds monétaire international, avait promis d’augmenter les prix du carburant et de l’électricité, sans...

Mise en place d’une co-régulation du secteur du Mobile Money : Coura Sène, DG de Wave pour la zone UEMOA, plaide pour une large...

Directrice générale de Wave Mobile Money pour la zone UEMOA, Coura Carine SENE est l'invitée exclusive de Ousmane GUEYE ce dimanche sur IRADIO. L’ingénieur en télécommunications,...

Le FMI annonce la diffusion immédiate d’environ 133 milliards de FCFA pour le Sénégal

Le Fonds monétaire international (FMI) a annoncé la diffusion immédiate de près de 216 millions de dollars, environ 133 milliards de francs...