29.1 C
Dakar
mercredi 5 octobre 2022

Finances Publiques : La presse, les partenaires sociaux et les OSC invités à participer à la diffusion des informations.

Au Sénégal, les organisations de la société civile, les parlementaires, les médias et les mouvements associatifs ne sont pas préparés dans les questions de budget de l’Etat, de la loi de finance et du suivi budgétaire. Ils doivent être les voies qui permettent aux citoyens d’être directement impliqués dans le processus budgétaire et de se tenir informés des choix budgétaires retenus à la fin du cycle budgétaire pour une meilleure compréhension de l’action publique. La conséquence en est que les citoyens se sentent exclus du choix des politiques publiques et de l’utilisation des ressources de l’Etat. C’est ce que confirme d’ailleurs la crise économique de 2009 qui indiqué une faible transparence dans la gestion des finances publiques. De plus, le rapport 2019 de l’Enquête sur le budget ouvert révèle un score de transparence budgétaire du Sénégal 46/100, une participation citoyenne de 0/100 et le contrôle budgétaire 30/100. Selon Cheikh Tidiane Cissé de l’ONG 3D, « il s’agit donc de promouvoir à la fois la participation citoyenne et le principe de collaboration avec les autorités étatiques, mais également la transparence de l’action du Gouvernement et sa redevabilité (code de transparence et de bonne gouvernance » , annonce –t- il en marge d’un atelier de formation  sur le contrôle du budget , la loi de finance et sur le suivi Budgétaire organisé hier à Dakar . Le Sénégal adopte le cadre harmonisé de gestion de finances publique de l’UEMOA qui se décline sous six directives. D’après la directive 1-2009 portant code de transparence dans la gestion des finances publiques dans l’espace UEMOA,« Les citoyens, à la fois contribuables et usagers de services publics , sont clairement , régulièrement et complètement informés de tout ce qui concerne la gouvernance et la gestion des fonds publics. Ils sont en mis en capacité d’exercer, dans le débat public, leur droit de regard sur les finances de toutes les administrations publiques ». L’Assemblée Nationale a adopté, en sa séance plénière du mardi 18 décembre 2012, le code de transparence dans la gestion des finances publiques. Le président de la République a promulgué ladite loi et la présente loi a été exécutée comme loi de l’Etat du Sénégal, selon le Journal Officiel qui date de décembre 2012. Des dispositions qui demeurent inconnues pour la plupart des populations Sénégalaises. L’information régulière du public, sur les grandes étapes de la procédure budgétaire, leurs enjeux économiques, sociaux financiers, doit être organisée dans un souci de pédagogie et d’objectivité, notamment après le débat sur les orientations budgétaires. La presse, les partenaires sociaux et d’une façon générale tous les acteurs de la société sont encouragés à participer à la diffusion des informations ainsi qu’au débat public sur la gouvernance et la gestion des finances publiques.

- Publicité -

 Depuis 2011, le Sénégal a abandonné le budget moyen pour adopter le budget programme qui est construit à partir des politiques publiques, décomposées en programme. Ces programmes sont associés à des objectifs précis, arrêtés en fonction de finalité d’intérêt général et des résultats attendus. « Le cadre harmonisé de gestion finances publiques a entériné des révolutions majeures », telles que le passage de moyen au budget résultats. De même, la loi de finances vise à instaurer une gestion plus démocratique et plus efficace des dépenses publiques. « La participation citoyenne est devenue un pilier important du fonctionnement des démocraties. Elles sont sources de relations fructueuses entre l’Etat et les communautés. Ces relations rehaussent la qualité de vie à l’échelle locale parce qu’elles expliquent les décisions qui tendent ainsi à être plus durables et plus équitables, estime ce dernier. Des objectifs qui vont impacter forcement sur des actions précises de plaidoyers pour l’accès à l’information budgétaire et la conformité de l’Etat au budget ouvert sont identifiés. Mais ce contrôle citoyen implique forcément la « banalisation » de l’information pour permettre aux citoyens d’avoir accès à cette information. « Il faut maîtriser les rouages car en droit la forme est aussi importante que le fond. C’est aux citoyens d’aller vers l’information car ils veulent bel et bien savoir mais ils n’ont pas les moyens. On a droit à l’information mais on doit en faire une exploitation judicieuse et responsable », estime Dr Abdou Karim Sock , expert en finance publique .

Antacheikhou Koné  

Articles Similaires

IA et villes : ONU-Habitat et Mila lancent un livre blanc collaboratif sur l’utilisation et les enjeux potentiels de l’IA pour soutenir le développement de...

IA et villes : ONU-Habitat et Mila lancent un livre blanc collaboratif sur l'utilisation et les enjeux potentiels de l'IA pour soutenir le...

Vinamilk est reconnue comme la « sixième marque laitière la plus valorisée » au monde en 2022 selon Brand Finance 

Vinamilk, le principal fabricant de produits laitiers du Vietnam, a franchi une nouvelle étape en se classant au 6ème rang du top 10...

Les gouvernements africains doivent rétablir d’urgence la stabilité macroéconomique et protéger les pauvres sur fond de croissance ralentie et de forte inflation

La croissance économique de l’Afrique est ralentie par les vents contraires de la conjoncture mondiale tandis que les pays restent aux prises...

Restez connectés

22,024FansJ'aime
0SuiveursSuivre
20,100AbonnésS'abonner
- Publicité -
- Publicité -

Derniers Articles

IA et villes : ONU-Habitat et Mila lancent un livre blanc collaboratif sur l’utilisation et les enjeux potentiels de l’IA pour soutenir le développement de...

IA et villes : ONU-Habitat et Mila lancent un livre blanc collaboratif sur l'utilisation et les enjeux potentiels de l'IA pour soutenir le...

Vinamilk est reconnue comme la « sixième marque laitière la plus valorisée » au monde en 2022 selon Brand Finance 

Vinamilk, le principal fabricant de produits laitiers du Vietnam, a franchi une nouvelle étape en se classant au 6ème rang du top 10...

Les gouvernements africains doivent rétablir d’urgence la stabilité macroéconomique et protéger les pauvres sur fond de croissance ralentie et de forte inflation

La croissance économique de l’Afrique est ralentie par les vents contraires de la conjoncture mondiale tandis que les pays restent aux prises...

Les rapports de la banque mondiale sur la situation économique et financière des pays africains doivent-ils être « jetés à la poubelle »?

La sortie ce mois, du dernier rapport de la Banque mondiale sur la situation économique et financière des pays africains m'amène à...

Entretien du réseau routier classé : Le FERA mobilise plus de 450 milliards FCFA entre 2012-2022 pour l’AGEROUTE

Le Ministère des infrastructures, des transports terrestres et du désenclavement à travers le Fonds d’entretien routier autonome (FERA) a mobilisé d’importantes ressources...