La CEDEAO veut adopter un plan d’action pour rapatrier les biens culturels africains détenus à l’étranger

Les pays de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) vont adopter un plan d’action pour rapatrier les biens culturels africains détenus à l’étranger.

La nouvelle stratégie, prévue pour la période 2019-2023, devrait être adoptée lors de la prochaine réunion des ministres de la Culture des Etats membres de la CEDEAO, qui se déroulera à Cotonou, au Bénin. Elle intervient dans un contexte de revendication par certains Etats africains, des biens culturels pillés pendant la colonisation.

Après une demande officielle de restitution de ces biens culturels, adressée en 2016 par le président béninois Patrice Talon à la France, le gouvernement français avait annoncé début juillet, une restitution « rapide » de 26 œuvres datant de l’époque de l’ancien royaume du Dahomey. L’année dernière, le président français Emmanuel Macron avait lancé une mission d’étude visant à étudier les conditions de restitution de plusieurs œuvres d’art africaines, à leurs pays d’origine.

« Cette rencontre se tiendra à la suite de la réunion des responsables du patrimoine culturel et des musées, qui a eu lieu du 9 au 11 avril 2019 à Cotonou, dont l’objectif était de proposer une stratégie et un plan d’action pour le retour des biens ainsi que les conditions de conservation de ces biens, une fois restitués », a indiqué la CEDEAO dans un communiqué.

Notons que la nouvelle rencontre s’inscrit dans le cadre de la déclaration politique sur le retour des biens culturels africains à leurs pays d’origine, adoptée par les chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO, réunis lors du 54ème sommet ordinaire en décembre 2018, à Abuja au Nigeria.