26.5 C
Dakar
mardi 16 août 2022

La Turquie interdit toute transaction en cryptomonnaies, des mesures similaires en vue dans d’autres pays

Les cryptomonnaies ont gagné en popularité et leurs prix ont grimpé ces dernières semaines. Toutefois, selon plusieurs analystes, elles pourraient faire bientôt l’objet d’une répression de la part des autorités méfiantes. C’est déjà le cas en Turquie, et d’autres Etats pourraient faire de même.

En fin de semaine dernière, la Turquie a annoncé qu’elle interdit l’utilisation des cryptomonnaies comme moyen de paiement, à partir du 30 avril 2021. Un décret présidentiel est paru au Journal officiel turc pour entériner la décision qui vise spécifiquement les transactions et paiements de biens et services en monnaies digitales.

- Publicité -

L’interdiction des transactions en monnaies digitales en Turquie intervient alors que la lire (la monnaie du pays) a été confrontée à une importante pression de vente extérieure. La monnaie a plongé sur le marché des changes après le licenciement par le président Erdogan de Naci Agbal, dirigeant de la Banque centrale, et ancien ministre des Finances. De nombreuses personnes se sont tournées vers les cryptomonnaies comme moyen de paiement alternatif.

Les raisons évoquées pour justifier cette décision sont l’incapacité du gouvernement à assurer une surveillance et un contrôle efficaces des cryptos, leur utilisation dans le cadre d’activités illégales et la volatilité excessive du marché. Le gouvernement turc a également indiqué que les portefeuilles étaient vulnérables au vol et que les transactions irrévocables étaient une grande source de préoccupation.

Pour la Banque centrale du pays, les transactions de cryptodevises peuvent « entraîner des pertes non récupérables » et « ébranler la confiance dans les méthodes et instruments utilisés actuellement ».

Selon certains analystes, des mesures similaires pourraient survenir en Inde ou encore au Maroc où on pourrait assister à une interdiction plus stricte des cryptomonnaies. Le royaume chérifien a interdit les transactions effectuées avec des cryptos depuis 2017, mais cela n’a pas eu raison de la popularité du Bitcoin dans le pays.

Les inquiétudes des acteurs du marché quant à une possible répression de l’utilisation des cryptomonnaies par les gouvernements se concrétisent. Celles-ci ont d’ailleurs connu une période de fluctuation ce week-end à cause de ces craintes. Le Bitcoin (BTC), plus particulièrement, a connu une chute vertigineuse de plus de 12 % quittant son pic de 64 594 $ pour 53 575 $.

Articles Similaires

Dettes de l’AIBD : les chiffres que Doudou Kâ n’a pas dévoilés

Sept ans avant l’échéance, l’AIBD SA a réussi à rembourser les 600 millions d’euros (390 milliards de francs CFA) qu’il devait à...

200 000 dollars américains de subventions disponibles pour améliorer l’accès et la connectivité Internet dans le monde entier

La Fondation Internet Society a lancé une deuxième série de subventions pour développer l'accès et la connectivité Internet dans le monde. Le programme...

Hisense South Africa fait don d’un échographe HD60 au Peninsular Maternity Trust pour la maternité de Mowbray

La maternité de Mowbray, située au Cap, est la plus grande maternité d'Afrique du Sud spécialisée dans les soins aux femmes présentant...

Restez connectés

22,024FansJ'aime
0SuiveursSuivre
20,000AbonnésS'abonner
- Publicité -
- Publicité -

Derniers Articles

Dettes de l’AIBD : les chiffres que Doudou Kâ n’a pas dévoilés

Sept ans avant l’échéance, l’AIBD SA a réussi à rembourser les 600 millions d’euros (390 milliards de francs CFA) qu’il devait à...

200 000 dollars américains de subventions disponibles pour améliorer l’accès et la connectivité Internet dans le monde entier

La Fondation Internet Society a lancé une deuxième série de subventions pour développer l'accès et la connectivité Internet dans le monde. Le programme...

Hisense South Africa fait don d’un échographe HD60 au Peninsular Maternity Trust pour la maternité de Mowbray

La maternité de Mowbray, située au Cap, est la plus grande maternité d'Afrique du Sud spécialisée dans les soins aux femmes présentant...

Pr Moustapha Kassé : La guerre en Ukraine est « un justificatif pour nos dirigeants dont les politiques agricoles ont lamentablement échoué »

Identifier les impacts de la guerre en Ukraine et de la pandémie de Covid-19, tels ont été les objectifs de cet atelier...

Le Programme pour l’emploi, la transformation économique et la relance au Sénégal (ETER) : pour un secteur privé plus dynamique et compétitif au Sénégal

Meriem Ait Ali Slimane (Spécialiste senior du secteur privé – Banque mondiale) Laurent Gonnet (Spécialiste principal du secteur financier...