L’AEME ET LE COPERES S’ENGAGENT POUR UNE MEILLEURE MAÎTRISE DE L’ÉNERGIE RENOUVELABLE

L’Agence pour l’économie et la maîtrise de l’énergie (AEME) et le Conseil patronal des énergies renouvelables (COPERES) ont convenu de travailler à une meilleure efficacité de la politique nationale de développement des énergies renouvelables, aux termes d’une convention signée par les deux parties, jeudi, à Dakar.
Le document a été paraphé par le directeur général de l’AEME, Saer Diop, et son homologue Karim Ndiaye de la COPERES, dans le but notamment de « mettre en place un cadre de collaboration’’.
Dans cette perspective, ce nouveau partenariat devrait conduire à ’’l’intégration de la maîtrise de l’énergie, de la sobriété dans le cadre des activités prévues et là où elle s’avère pertinente » a expliqué Karim Ndiaye.
Cette présente convention vient renforcer la collaboration déjà réelle, selon lui, entre le privé et l’Etat, avec des objectifs spécifiques tels que l’instauration d’un cadre permanent d’échanges et de concertation, la mise à contribution des membres du COPERES dans la levée de financements pour les programmes d’efficacité énergétique et l’accompagnement à la création de services énergétiques adaptés au Sénégal.
A travers ce projet, le COPERES, organisation patronale née en 2015 à la sortie de la COP21 et dont la vocation est de contribuer à l’accès universel à l’électricité au travers de solutions décarbonées, durables et à moindre coût, procédera à l’organisation d’ateliers de formation et de renforcement de capacités sur l’utilisation rationnelle de l’énergie, a poursuivi son directeur général.
Il s’agira également pour la trentaine d’acteurs représentatifs de la chaîne de valeur des énergies renouvelables au Sénégal, de bénéficier d’une assistance technique énergétique ainsi que d’un accompagnement dans la réalisation d’audits énergétiques notamment pour les édifices et entreprise parapubliques.
’’J’en suis convaincu, le vaste réseau de membres dont vous disposez est un atout de taille qui permettra de renforcer l’engagement du secteur privé dans la maîtrise de l’énergie et leur pleine mise à contribution dans le financement de la maîtrise de l’énergie », a lancé le directeur général de l’AEME, Saer Diop, s’adressant à son homologue.
A l’en croire, « le développement des partenariats et de la coopération est une composante clé de l’AEME, bras opérationnel du ministère du Pétrole et des Energie pour la mise en œuvre de la politique nationale de maîtrise de l’énergie et l’utilisation rationnelle de l’énergie dans toutes ses formes ».
Il a assuré que l’AEME, qui dispose actuellement d’un réseau de plus de trente-deux partenaires aux niveaux national, sous-régional et à l’international, va ainsi élargir son réseau pour mieux aider les acteurs à faire face aux impacts de la crise sanitaire mondiale liée à la pandémie de la COVID-19, avec « une bonne maîtrise et une utilisation rationnelle de l’énergie ».
Selon Saer Diop, les partenariats noués par l’AEME, lui ont permis, avec l’appui de l’Etat, de mettre en œuvre, depuis 2014, des activités pilotes traduites par des économies d’énergie de 23.782 mégawatts, des gains financiers de l’ordre de 6 milliards 363 millions francs CFA ainsi qu’une atténuation des émissions de CO2 de 16.646 tonnes de carbone.