26.5 C
Dakar
mercredi 5 octobre 2022

Le Groupe de la Banque mondiale octroie un financement de 465 millions de dollars pour accroître l’accès à l’énergie et intégrer les énergies renouvelables en Afrique de l’Ouest

Les pays de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) vont étendre l’accès au réseau électrique à plus d’un million de personnes, en améliorer la stabilité pour 3,5 autres millions d’habitants et accroître l’intégration des énergies renouvelables dans le système d’échanges d’énergie électrique ouest-africain (EEEOA). Le nouveau projet régional d’accès à l’électricité et de stockage de l’énergie par batteries, approuvé aujourd’hui par le Groupe de la Banque mondiale pour un montant total de 465 millions de dollars, permettra d’augmenter les raccordements au réseau dans les zones fragiles du Sahel, renforcer les capacités de l’Autorité de régulation régionale du secteur de l’électricité de la CEDEAO (ARREC) et améliorer l’exploitation du réseau de l’EEEOA grâce à une infrastructure de stockage de l’énergie par batteries. Cette initiative novatrice ouvre la voie à l’échelle de la région, à l’augmentation des capacités de production et de transport des énergies renouvelables, ainsi qu’à une hausse des investissements dans ce domaine.

« L’Afrique de l’Ouest est à l’aube d’un marché énergétique régional qui promet des retombées positives considérables sur le plan du développement et recèle un potentiel significatif pour la participation du secteur privé, souligne Charles Cormier, chef de service au pôle mondial d’expertise en énergie de la Banque mondialeLe raccordement au réseau d’un nombre accru de ménages et d’entreprises, l’amélioration de sa fiabilité et la mise en valeur des importantes ressources en énergie renouvelable de la région — de jour comme de nuit — contribueront à accélérer la transformation économique et sociale de l’Afrique de l’Ouest. »

- Publicité -

Au cours de la dernière décennie, la Banque mondiale a financé près de 2,3 milliards de dollars d’investissements dans les infrastructures et les réformes en faveur de l’EEEOA, une initiative considérée comme essentielle pour atteindre l’accès universel à l’électricité à l’horizon 2030 dans les 15 pays de la CEDEAO. Ce nouveau projet s’appuie sur les progrès déjà réalisés et financera des travaux de génie civil pour accélérer l’accès en Mauritanie, au Niger et au Sénégal.

En Mauritanie, l’électrification rurale sera étendue grâce à la densification du réseau des sous-stations existantes, ce qui permettra d’électrifier les villes de Boghé, Kaédi et Selibaby, ainsi que les villages voisins le long de la frontière sud avec le Sénégal. Les populations situées le long du fleuve Niger et dans les régions du centre-est du pays, vivant non loin de l’interconnexion entre le Niger et le Nigéria bénéficieront également d’un accès au réseau, tout comme celles à proximité des sous-stations en Casamance (Sénégal). Les tarifs de raccordement au réseau seront partiellement subventionnés, limitant ainsi les coûts pour le million de personnes qui devraient en bénéficier. 

En Côte d’Ivoire, au Niger et, à terme au Mali, le projet financera des équipements de stockage de l’énergie par batteries pour améliorer la stabilité du réseau électrique régional en augmentant la réserve d’énergie dans ces pays et en facilitant l’intégration de sources d’énergies renouvelables intermittentes. Les technologies de stockage de l’énergie par batteries permettront aux opérateurs de l’EEEOA de stocker l’énergie renouvelable produite en dehors des heures de pointe. Ils pourront la distribuer pendant les périodes de forte demande, au lieu de recourir à des systèmes de production électrique à forte intensité de carbone lorsque la demande est élevée en l’absence de soleil ou de vent. L’adoption de ces technologies devrait stimuler la participation du secteur privé dans la région en soutenant le marché des énergies renouvelables. La capacité de stockage de l’énergie par batteries installée dans le cadre du projet sera en mesure d’emmagasiner les 793 mégawatts d’énergie solaire supplémentaires que l’EEEOA prévoit de mettre en place dans les trois pays.

« Ces ambitieux résultats seront atteints grâce à une approche régionale, explique Deborah Wetzel, directrice de l’intégration régionale pour l’Afrique subsaharienne, le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord à la Banque mondiale.En collaborant, ces pays peuvent optimiser les investissements et les économies d’échelle ainsi qu’harmoniser les équipements et les normes. Ils peuvent aussi synchroniser les réseaux pour partager plus largement le pouvoir transformateur de l’électricité et accéder à une nouvelle ère d’échanges d’énergie décarbonée. »

* L’Association internationale de développement (IDA) est l’institution de la Banque mondiale qui aide les pays les plus pauvres de la planète. Fondée en 1960, elle accorde des dons et des prêts à taux faible ou nul pour financer des projets et des programmes de nature à stimuler la croissance économique, réduire la pauvreté et améliorer la vie des plus démunis. L’IDA figure parmi les principaux bailleurs de fonds des 76 pays les plus pauvres de la planète, dont 39 se trouvent en Afrique. Ses ressources bénéficient concrètement à 1,5 milliard de personnes. Depuis sa création, l’IDA a soutenu des activités de développement dans 113 pays. Le volume annuel de ses engagements s’est élevé en moyenne à 18 milliards de dollars au cours des trois dernières années, 54 % environ de ce montant étant destinés à l’Afrique.

Articles Similaires

Les gouvernements africains doivent rétablir d’urgence la stabilité macroéconomique et protéger les pauvres sur fond de croissance ralentie et de forte inflation

La croissance économique de l’Afrique est ralentie par les vents contraires de la conjoncture mondiale tandis que les pays restent aux prises...

Les rapports de la banque mondiale sur la situation économique et financière des pays africains doivent-ils être « jetés à la poubelle »?

La sortie ce mois, du dernier rapport de la Banque mondiale sur la situation économique et financière des pays africains m'amène à...

Entretien du réseau routier classé : Le FERA mobilise plus de 450 milliards FCFA entre 2012-2022 pour l’AGEROUTE

Le Ministère des infrastructures, des transports terrestres et du désenclavement à travers le Fonds d’entretien routier autonome (FERA) a mobilisé d’importantes ressources...

Restez connectés

22,024FansJ'aime
0SuiveursSuivre
20,100AbonnésS'abonner
- Publicité -
- Publicité -

Derniers Articles

Les gouvernements africains doivent rétablir d’urgence la stabilité macroéconomique et protéger les pauvres sur fond de croissance ralentie et de forte inflation

La croissance économique de l’Afrique est ralentie par les vents contraires de la conjoncture mondiale tandis que les pays restent aux prises...

Les rapports de la banque mondiale sur la situation économique et financière des pays africains doivent-ils être « jetés à la poubelle »?

La sortie ce mois, du dernier rapport de la Banque mondiale sur la situation économique et financière des pays africains m'amène à...

Entretien du réseau routier classé : Le FERA mobilise plus de 450 milliards FCFA entre 2012-2022 pour l’AGEROUTE

Le Ministère des infrastructures, des transports terrestres et du désenclavement à travers le Fonds d’entretien routier autonome (FERA) a mobilisé d’importantes ressources...

Économie numérique : Sénégal Numérique S.A lance les bases d’un partenariat dans « L’Optic » de booster le partenariat public privé…

Pour mieux assurer la transition numérique au Sénégal et développer davantage les services digitaux en renforçant le partenariat avec le secteur privé national...

Mobile Money: M. Birane Ndour lance son application dénommée FLASH

Après avoir conçu et développé un écosystème constitué de plusieurs produits et services innovants et éprouvés dans différents domaines : Monnaie électronique,...