Accueil Focus sur... Les transporteurs de la gare des beaux maraichers dans le désarroi.

Les transporteurs de la gare des beaux maraichers dans le désarroi.

0
150

 

Les chauffeurs de la gare routière des Beaux Maraichers sont en colére. En effet, un tour effectué le mercredi 11 décembre sur les lieux, vers 10h-11h, a permis de rencontrer des transporteurs dans le désarroi, ne sachant plus à quel saint se vouer. Déjà, au tableau Dakar-Mbour et Dakar-Thiès, les rabatteurs et les chauffeurs étaient plus nombreux que les clients. Une pléthore de véhicules type 7 places et minicars attendaient patiemment des passagers. A peine avoir fini d’exposer l’objet de notre présence sur les lieux, les langues ont commencé à se délier en même temps, comme si les chauffeurs n’attendaient que notre présence pour vider leurs sacs d’amertume. Il était difficile pour nous de les suivre tous. Apres un moment de tohu-bohu, nous nous sommes résolus à cibler un seul, plus calme à nos yeux, qui s’est présenté sous le nom d’Ibrahima Ndong. Ce chauffeur nostalgique des moments passés au garage Pompier, rappelle que les activités marchaient très bien là-bas. « Depuis que nous sommes venus aux Beaux Maraichers, notre calvaire a commencé », s’est-il lamenté. Selon lui, il est très difficile pour un chauffeur d’avoir un seul aller par jour vers Mbour, alors qu’ils paient des assurances de transport de 25.000 par mois. Ce qui n’est pas le cas, à son avis, pour les maraudeurs «wargaindé ».
Du même avis qu’Ibrahima Ndong, ce septuagénaire du nom de Momar Ndao, responsable du tableau Dakar-Mbour, nous pointe le doigt le véhicule « 7 places » pour lequel le tour est arrivé de charger. Concernant ce véhicule, il informe que « le chauffeur s’est inscrit, depuis 3 jours pour ne pouvoir prendre départ qu’aujourd’hui ». Sur les raisons, Momar Ndao indique les «wargaindé» font du maraudage au vu de tous à Bountou Pikine, à quelques mètres de la gare des Beaux Maraichers et partout dans la ville au point que les clients n’arrivent pas dans la gare. Pis, il déplore que le maraudage se fasse même en centre-ville, alors qu’il leur est impossible de se rendre à Dakar pour une location sans un bon de sortie. Très remonté contre les autorités du pays, au premier chef le président de la République Macky Sall qui, n’a rien fait pour endiguer ce mal, Momar Ndao rapporte que « nos camarades chauffeurs se moquent de nous qui sommes dans la gare en nous considérant comme des gens qui sont dans un mouroir pour transporteurs et ils ont raison de le dire car on ne gagne rien ici ». Lassés par l’inaction des autorités, les transporteurs des Beaux Maraichers n’écartent pas de sortir tous leurs vehicules de la gare pour faire comme les maraudeurs. Ce phénomène des vehicules de transport illégal Mbour-Dakar et Dakar-Thiès, communément appelé «wargaindé » prend de plus en plus des proportions inquiétantes dans le pays. Au-delà du transport interurbain auquel se livrent les vehicules de marque Dacia et Peugeot 307, le transport en commun urbain avec des voitures « clandos » dans la capital se fait de manière illégale et sans problème. Cela au vu et avec la complicité de tous, au grand dam des transporteurs réguliers qui disposent de tous les papiers de transport. Un transport illégal qui ne sera pas sans impact sur l’économie du pays, au moment où les autorités remuent ciel et terre pour trouver des ressources financières pour leurs grands projets.

 

PAF/Econews