30.1 C
Dakar
jeudi 29 septembre 2022

Monnaie digitale africaine : une chance pour se libérer des imprimeurs européens, mais des défis vont subsister

La création d’une ou des monnaies digitales africaines pourrait libérer une quarantaine de pays d’Afrique de la contrainte de payer des imprimeurs français, mais aussi britanniques et allemands. Mais cette évolution présente des défis qu’il faut connaître.

Le lancement d’une monnaie digitale africaine peut aider à réduire les coûts liés à la production des billets de banque et pièces de monnaie en circulation en Afrique, a fait savoir Raymond Gilpin, l’économiste en chef du bureau Afrique du Programme des Nations unies pour le développement, en marge de la 16e édition du Forum économique africain qui s’est déroulé début décembre, à Sal au Cap-Vert

- Publicité -

« L’argent liquide est coûteux à imprimer et à conserver. Et c’est le cas particulièrement en Afrique, où le climat fait que les billets se détériorent très vite. On doit imprimer plus fréquemment qu’on ne le fait lorsqu’on se trouve dans un pays où le climat n’est pas aussi défavorable. Le coût de l’impression serait également économisé si les pays digitalisent leurs monnaies », a-t-il fait savoir dans le cadre d’une interview accordée à l’Agence Ecofin.

Cette remarque permet de revenir sur le débat public concernant le fait que l’argent soit produit par des pays étrangers. Dans la zone qui couvre l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), cette situation est l’un des éléments souvent avancés par les défenseurs du sentiment anti-français. Nombreux sont ceux qui estiment que c’est maintenir le lien colonial que de laisser à la France le soin de continuer d’imprimer la monnaie utilisée par leurs pays.

Les autorités françaises ne font rien pour dissiper ces sentiments négatifs. Lors d’une audience qui s’était tenu le 12 février 2020 sur la réforme de la coopération monétaire entre la France et l’UEMOA, Bruno Cabrillac, alors directeur adjoint de la Banque de France expliquait que la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) était « un client important, le deuxième après la zone euro pour l’impression des billets ».

Selon des chiffres consolidés par l’Agence Ecofin sur les rapports financiers de la BCEAO, 242,2 milliards FCFA (418 millions de dollars) ont été dépensés entre 2012 et 2020 pour l’achat des insignes monétaires. Une opportunité qui a été captée en très grande partie par la Banque de France, et qui pourrait disparaître dans le cadre d’une monnaie digitale émise par la BCEAO. La même opportunité existe en Afrique centrale, mais les chiffres ne sont pas disponibles.

Mais une digitalisation des monnaies africaines n’affecterait pas que les performances de la Banque de France. Selon une analyse publiée récemment par le Centre d’étude et de réflexion sur le monde francophone (CERMF), ce sont 22 pays africains en dehors de la Zone franc CFA, qui ont confié l’impression de leurs billets de banque et pièces de monnaie à des entreprises britanniques ou allemandes. On a cependant peu d’information sur le marché que cela représente.

Au regard des enjeux commerciaux et pas forcément politiques, il n’est pas certain que les prestataires de service de production de billets de banque pour l’Afrique acceptent la transition. Le Nigeria a pu accélérer dans la production de son naira digital (e-naira) parce que sa Banque centrale imprime elle-même ses billets. Aussi, selon Raymond Gilpin, même si on se lance dans la production de monnaies digitales africaines, cela ne règle pas les défis liés à la parité avec d’autres monnaies, et par conséquent aux réserves de change.

De même, si la question de la sécurisation peut être réglée grâce à la blockchain, il faudra aussi résoudre le défi en rapport à la valeur de la monnaie créée. Selon certains experts comme Anouar Hassoune, directeur général de l’agence de notation West African Rating Agency (WARA), la valeur des monnaies digitales africaines pourrait être indexée sur ses ressources naturelles.

Articles Similaires

RAPPORT SUR LA SITUATION ECONOMIQUE AU SÉNÉGAL ( Allocution de M. Luc Lecuit, adjoint au Directeur des Opérations de la Banque mondiale pour...

Mesdames et Messieurs les représentants des ministères et agences du Sénégal, Mesdames et Messieurs les représentants du corps diplomatique,...

Rapport de la Banque mondiale sur la situation économique au Sénégal (La politique budgétaire devrait rester expansionniste en 2022)

En 2021, l’économie sénégalaise a bénéficié de la reprise de la croissance mondiale, notamment avec le rebond de la demande de ses...

Restez connectés

22,024FansJ'aime
0SuiveursSuivre
20,100AbonnésS'abonner
- Publicité -
- Publicité -

Derniers Articles

RAPPORT SUR LA SITUATION ECONOMIQUE AU SÉNÉGAL ( Allocution de M. Luc Lecuit, adjoint au Directeur des Opérations de la Banque mondiale pour...

Mesdames et Messieurs les représentants des ministères et agences du Sénégal, Mesdames et Messieurs les représentants du corps diplomatique,...

Rapport de la Banque mondiale sur la situation économique au Sénégal (La politique budgétaire devrait rester expansionniste en 2022)

En 2021, l’économie sénégalaise a bénéficié de la reprise de la croissance mondiale, notamment avec le rebond de la demande de ses...

Soja américain durable : les certificats du U.S. Soy Sustainability Assurance Protocol (SSAP) des États-Unis sont maintenant transférables

Les clients internationaux du soja américain dans l'ensemble de la chaîne d'approvisionnement sont maintenant en mesure de mieux démontrer leur engagement envers...

Microsoft renforce son partenariat avec la Banque africaine de développement (BAD)

Le partenariat vise à apporter un soutien technique et financier aux jeunes entrepreneurs au sein du continent africain Microsoft...