PNUD/ rapport 2019 sur le développement humain: Les pays de l’UEMOA  dans le bas du classement 

 

Le PNUD (Programme des Nations – Unies pour le Développement) vient de publier son rapport 2019 sur le développement humain dans le monde. Le document qui se penche sur les inégalités de développement dans le monde à l’échelle humaine classe les pays selon les trois composantes de l’IDH (indice de développement humain): la longévité, l’éducation et le revenu par habitant.

Représentative du niveau de développement dans un pays, l’IDH, à la différence du taux de croissance, donne une idée de la condition sociale des populations dans chaque pays et de leurs perspectives d’avenir.

Le rapport dresse 3 catégories de pays dans sa classification, entre pays à développement humain faible (IDH inférieurs à 0,550), pays à développement humain moyen (IDH entre 0,550 et 00,699), pays à développement humain élevé (IDH entre 0,700 et 0,799) et pays à développement humain très élevé (IDH supérieur à 0,800).

Les pays de l’UEMOA figurent dans le bas du classement de l’IDH qui évalue le niveau de développement dans 189 pays. La région qui est l’une des plus dynamiques du continent si l’on s’en tient au taux de croissance du PIB, voit cette année encore tous ses Etats membres logés dans le lot des pays à IDH faible, le Bénin étant le mieux loti. Une situation qui laisse pessimiste sur les capacités des populations de la zone à disposer de moyens pour sortir durablement de la pauvreté. (Voir le classement africain en fin d’article)

Que sous-tend l’IDH concrètement?

Deux enfants nés en 2000 dans des pays n’ayant pas le même niveau de développement humain auront aujourd’hui des perspectives extrêmement différentes pour leur vie d’adulte relève le rapport.

 » L’enfant né dans le pays à développement humain très élevé fait fort probablement des études supérieures, à l’instar de 55 % des jeunes dans ce groupe de pays. Il ou elle se prépare à vivre dans un monde très globalisé et compétitif, dans lequel il a de bonnes chances d’occuper un poste très qualifié « .

A l’inverse, l’enfant né dans le pays à développement humain faible, dans l’UEMOA par exemple,  » a beaucoup moins de chances d’être encore vivant au même âge « . En effet,  » environ 17 % des enfants nés dans un pays à développement humain faible en 2000 mourront avant d’atteindre leur vingtième anniversaire, contre à peine 1 % des enfants nés dans les pays à développement humain très élevé « . Les autres vivront en moyenne 13 ans de moins que ceux nés la même année dans des pays plus développés. L’enfant né dans le pays à développement humain faible a également moins de chances d’être encore dans le système éducatif : seuls 3 % font des études supérieures.

Image: Graphe PNUD

Ainsi en 2019,  » ces deux jeunes commencent à peine leur vie d’adulte, mais des circonstances presque entièrement indépendantes de leur volonté les ont déjà placés sur des trajectoires différentes et inégales en matière de santé, d’éducation, d’emploi et de perspectives de revenus. Cette divergence peut être irréversible « .

Voir aussi – Albert Zeufack (Banque mondiale) :  » La dette risque d’hypothéquer l’avenir de l’Afrique  »

De manière globale, le rapport montre que beaucoup de personnes  » ont échappé à l’extrême pauvreté dans le monde entier « , dans le sens de l’amélioration de la capacité des individus à surmonter les privations extrêmes (les capabilités de base), notamment par l’accès à l’éducation de base, à des services de santé de base et à des technologies de base. Cependant, il faut noter que   » les inégalités sont fortes ou croissantes dans des domaines censés prendre de l’importance à l’avenir (les capabilités plus avancées), dont l’enseignement de qualité à tous les niveaux, l’accès au haut débit ou des services de santé plus sophistiqués.

Au niveau africain, les Seychelles, Maurice, la Tunisie, le Botswana, la Libye, l’Afrique du Sud, le Gabon et l’Egypte sont logés dans la catégorie des pays à IDH élevé.

 

Sur le plan mondial, la Norvège, la Suisse, l’Irlande, l’Allemagne, Hong Kong, la Chine, l’Australie, l’Island, la Suède et Singapour ont un IDH dans la catégorie très élevée avec un indice supérieur à 0,933.

Classement des pays africains selon le niveau de l’IDH (Rapport PNUD 2019)

Source: Données PNUD – Rapport IDH

2019