Situation économique du Sénégal/les causes du surendettement : Baisse du déficit du compte courant

Econews- Aussi, la stratégie de recettes à moyen terme qui permet d’élargir l’assiette a porté ses fruits et elle permet de porter le taux de pression fiscal de 17 aux 20% nécessaire pour atteindre les objectifs de financement du Programme d’actions prioritaires (Pap2) du Pse. Pour la croissance, les projections tablent sur une moyenne de 9% (2019-2023), dont 7% en 2020. Alors que les exportations de biens et de services connaissent une tendance haussière. « Ce qui s’est traduit, d’après le ministre des Finances, par une baisse continue du déficit du compte courant, passant de 8,6% du Pib en 2012 à 7% du Pib en 2019 et les perspectives sont très favorables avec des exportations qui seront multipliées par 2,5 à l’horizon 2023 ». Ces prévisions recoupent avec les analyses faites par l’enseignant- chercheur en Science économique à Ucad, Thierno Thioune, dans « l’observateur ». Il reste convaincu que la croissance bondira en 2020. « En 2020, on aura un taux de croissance supérieur à celui de 2019. Les investissements entrepris par l’Etat dans le cadre du Millénium challenge account (Mca), dans le secteur de l’énergie, mais aussi dans le cadre du Programme d’accélération de la cadence de l’agriculture sénégalaise (Pracas) pour l’autosuffisance alimentaire, contribueront à impacter positivement la croissance en 2020.» A moins qu’il n’y ait pas de chocs extérieurs liés à la conjoncture internationale. La précision est importante.

PAF/Econews