Un SMS fait perdre un million d’euros à un Néerlandais

La victime a reçu un SMS qui semblait provenir de sa propre banque. Le SMS disait que sa carte bancaire était périmée. Grâce à un lien, l’homme pouvait immédiatement en commander une nouvelle. La victime a été aiguillée vers une version piratée du site de sa banque, où il a été invité à remplir ses coordonnées. Le lendemain matin, il s’est rendu compte qu’il venait de perdre un million d’euros.
“Le fait de devoir renouveler sa carte était plausible compte tenu de la date de péremption de sa carte”, déclare l’attaché de presse Gerben Wilbrink. “Il a agi en toute bonne foi”. Afin de protéger l’identité de la victime, aucun autre détail n’a été divulgué.
L’enquête devrait permettre de déterminer clairement qui est à l’origine de cette situation. Cette attaque a lieu au même moment où la fédération du secteur financier révèle que 10% des jeunes prêts à prêter leur compte et leur carte bancaires contre rémunération. 
“Les Belges ne sont pas assez attentifs”.
Jusqu’à présent, ce type de cyber-attaque a été un phénomène limité dans notre pays. Mais ce n’est qu’une question de temps selon le PDG de Phished, spécialiste de la cybersécurité. “Les fraudeurs sont de plus en plus inventifs et, en même temps, les Belges ne sont pas encore assez attentifs”, déclare Arnout Van de Meulebroucke. “Plus de la moitié (55%) des employés ne reconnaissent pas les e-mails de phishing. Je suis convaincu qu’encore moins de Belges ont entendu parler du smishing (la variante SMS du phishing). C’est alarmant. C’est aux employeurs d’informer leur personnel.”