21.1 C
Dakar
samedi 24 février 2024

Une simple interview de Jerome Hayden Powell a fait bouger les marchés américains, voici pourquoi

 Comme en mars 2020, les bourses américaines vivent des moments de volatilité et de craintes. Cette fois, les causes et l’ampleur ne sont pas les mêmes. Mais pour les marchés financiers émergents et frontières d’Afrique, les opportunités restent d’actualité.

Les réponses aux questions du Wall Street Journal, apportées par Jerome Powell (photo), le gouverneur de la Réserve fédérale américaine, ont suffi à plonger les marchés financiers américains, et ceux qui lui sont connectés dans une forte volatilité. Les principaux indices boursiers de Wall Street continuent de chuter en réaction à des messages contraires à leurs attentes.

- Publicité -

Depuis quelques semaines, les rendements sur les obligations de référence à 10 ans des Etats-Unis, ont commencé à monter. Dans la logique financière, cela signifie que les investisseurs vendent leurs titres pour miser sur des placements plus rentables.

Pour les investisseurs, l’adoption du plan de relance à 1900 milliards $ du président américain, Joe Biden, risque d’ouvrir de nouvelles opportunités, tout en poussant l’inflation à la hausse. Or, une augmentation des prix agit négativement sur les rendements des obligations, comme on l’a vu au Nigeria, ces dernières périodes.

Ainsi, les acteurs du marché s’attendaient à ce que la Réserve fédérale américaine annonce un ralentissement sur les mesures prises en mars 2020, lorsqu’il fallait calmer les inquiétudes, en permettant aux entreprises d’emprunter largement sur le marché des capitaux, malgré les confinements qui ont pesé sur les ventes, et donc sur les bénéfices distribuables. Mais Jerome Powell s’est montré assez prudent.

Il a en effet estimé que la Banque centrale se montrerait « patiente » à suspendre ses interventions menées en vue de soutenir la relance de l’économie, car le marché du travail n’évoluait pas encore dans le sens voulu par l’institution. « 4% seraient un bon taux de chômage à atteindre, mais il en faudra plus pour atteindre le maximum d’emplois. Il est peu probable que le marché du travail revienne à plein régime cette année », a-t-il ajouté.

Cela a suffi à accentuer la crainte de voir l’inflation augmenter au sein de l’économie américaine. Le marché des capitaux veut désormais des taux d’intérêt plus élevés pour se prémunir des effets de l’inflation. Le problème c’est que si cette tendance se propage sur le marché des obligations, emprunter deviendra cher pour les entreprises, et pour les dettes adossées sur les taux de référence, le paiement des intérêts augmentera en réduisant les marges pour les entreprises, et des possibilités de consommer pour les ménages.

Les chiffres du travail ne sont pas venus arranger les choses et on devrait s’attendre à de nouvelles baisses de cours, suivant le même mécanisme. Selon le département américain du Travail, 379 000 nouveaux emplois ont été créés en février 2021, contre des attentes de 200 000 par le consensus des analystes. Les investisseurs craignent définitivement des pertes de gains sur leurs obligations.

Cette volatilité a un effet positif sur les marchés émergents et frontières. Face à de telles incertitudes, les investisseurs sur les marchés développés se mettent en quête d’alternatives. Bien que des marchés financiers comme ceux du Nigeria, et plus récemment d’Afrique du Sud, affichent des progressions plus stables, ils peinent encore à attirer des capitaux. De longues perturbations à Wall Street pourraient leur être profitables.

Articles Similaires

SENEGAL-TRANSPORTS-LITIGE / Rénovation du parc des gros porteurs : une médiation du chef de l’État demandée dans un litige

Des responsables de la Coopérative nationale des entreprises de transport de marchandises (CNETM) ont souhaité, jeudi, une intervention de Macky Sall contre...

SENEGAL-TOURISME / Sédhiou : des acteurs déplorent des annulations en cascade de réservations

Les tensions politiques liées au report annoncé de l’élection présidentielle du 25 février ont entrainé une série d’annulations de réservations dans les...

SENEGAL-ECONOMIE-PERSPECTIVES / Les banques centrales invitées à ne pas perdre de vue leur mission principale, malgré leur intérêt pour le climat

Les banques centrales, malgré l’intérêt qu’elles doivent manifester pour l’impact du changement climatique, ne doivent pas perdre de vue leur mission principale...

Restez connectés

22,024FansJ'aime
0SuiveursSuivre
21,500AbonnésS'abonner
- Publicité -
- Publicité -

Derniers Articles

SENEGAL-TRANSPORTS-LITIGE / Rénovation du parc des gros porteurs : une médiation du chef de l’État demandée dans un litige

Des responsables de la Coopérative nationale des entreprises de transport de marchandises (CNETM) ont souhaité, jeudi, une intervention de Macky Sall contre...

SENEGAL-TOURISME / Sédhiou : des acteurs déplorent des annulations en cascade de réservations

Les tensions politiques liées au report annoncé de l’élection présidentielle du 25 février ont entrainé une série d’annulations de réservations dans les...

SENEGAL-ECONOMIE-PERSPECTIVES / Les banques centrales invitées à ne pas perdre de vue leur mission principale, malgré leur intérêt pour le climat

Les banques centrales, malgré l’intérêt qu’elles doivent manifester pour l’impact du changement climatique, ne doivent pas perdre de vue leur mission principale...

SENEGAL-AFRIQUE-ECONOMIE / OHADA : les pays membres invités à s’acquitter de leurs arriérés de cotisations

Le Secrétaire permanent de l’Organisation pour l’harmonisation en Afrique du droit des affaires (OHADA), Mayatta Ndiaye Mbaye, a invité mardi les pays...

Appui à la Diaspora : 100 projets bénéficient de 500 millions FCFA du FAISE

https://www.youtube.com/embed/OgUdfVRdtZw Le Fonds d’Appui à l’Investissement des Sénégalais de l’Extérieur (Faise) a tiré, ce 22 janvier, un...