27.1 C
Dakar
vendredi 23 février 2024

Culture de cannabis en Afrique : La légalisation,un bon plan pour renflouer la caisse publique

Alors que la consommation du cannabis est progressivement dépénalisée un peu partout dans le monde, l’Afrique est l’un des derniers bastions de la résistance à sa légalisation. Plusieurs facteurs sont à la base de cette situation, dont le plus important est religieux. Mais bien qu’il soit illégal, le produit a, depuis des lustres, été cultivé et consommé notamment dans le cadre du traitement d’une large palette de maladies. Selon une étude de Prohibition Partners, une société britannique spécialisée dans le consulting pour le marché du cannabis, d’ici les quatre prochaines années, le marché africain du cannabis aura une valeur marchande de 7,1 milliards de dollars.

Introduit en Afrique orientale au début des années 1500, à partir de l’Asie du Sud, le cannabis s’est très vite propagé à travers le continent pendant le XVIe siècle. Les Africains subsahariens le fumaient alors dans des pipes, une pratique locale qui s’est répandue partout dans le monde et qui est encore en vigueur aujourd’hui. Outre son usage récréatif, il était initialement utilisé dans la guérison de plusieurs maladies. Cependant, dans les années 1920, la plante de cannabis a été interdite sur tout le continent, en raison principalement de ses effets psychoactifs.

- Publicité -

1cannabis 1

Dans les années 1920, la plante de cannabis a été int   erdite sur tout le continent, en raison principalement de ses effets psychoactifs.

 

Mais dans l’intervalle, la consommation du cannabis via des canaux illégaux n’a jamais régressé à travers le continent, ni dans le reste du monde. Certains pays ayant compris les opportunités que le secteur peut offrir, ont tôt fait de le dépénaliser. Ainsi, L’Uruguay est devenu, en 2013, le premier pays au monde à légaliser la production et la distribution du cannabis. Ces cinq dernières années ont vu une vague d’assouplissement de la législation en Belgique, en Allemagne, en Espagne, au Portugal, aux Pays-Bas, au Canada, aux Etats-Unis, etc. Ces pays perçoivent des recettes publiques supplémentaires en encadrant la chaîne de valeur du cannabis. Un autre type de tourisme lié à la légalisation du cannabis a également vu le jour dans ces pays.

 Ces cinq dernières années ont vu une vague d’assouplissement de la législation en Belgique, en Allemagne, en Espagne, au Portugal, aux Pays-Bas, au Canada, aux Etats-Unis, etc. Ces pays perçoivent des recettes publiques supplémentaires en encadrant la chaîne de valeur du cannabis.

En juin dernier, 70 personnalités françaises : médecins, élus et économistes ont signé une déclaration dans laquelle elles évoquent l’échec de la politique d’interdiction du cannabis. Elles ont appelé le pouvoir à légaliser la marie-jeanne et exhorté l’Etat à créer un « monopole public de production et de distribution ».

 

L’Afrique produit au moins 38 000 tonnes de cannabis par an

Aujourd’hui, on estime à au moins 38 000 tonnes, la production annuelle de cannabis en Afrique. Un rendement a priori improbable dans un contexte marqué par une grande répression de l’activité de production en amont jusqu’à la consommation en aval.

Selon un rapport de l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC), les zones de forte production sont marquées par des taux de chômage élevés. Les principaux producteurs africains sont le Nigeria, le Ghana, l’Eswatini, le Mozambique, le Zimbabwe, le Malawi, l’Afrique du Sud et le Lesotho.

Les principaux producteurs africains sont le Nigeria, le Ghana, l’Eswatini, le Mozambique, le Zimbabwe, le Malawi, l’Afrique du Sud et le Lesotho.

La production est généralement assurée par des paysans qui ont trouvé dans le cannabis le seul moyen de gagner suffisamment d’argent pour subvenir aux besoins fondamentaux de leur famille. La culture du cannabis, qui a profité de la baisse de la demande de tabac, s’est avérée beaucoup plus lucrative que d’autres cultures comme le maïs et la canne à sucre, selon l’ONUDC. Il faut souligner que la plante est généralement cultivée dans les champs de maïs pour détourner l’attention.

ECOFIN

Articles Similaires

SENEGAL-TRANSPORTS-LITIGE / Rénovation du parc des gros porteurs : une médiation du chef de l’État demandée dans un litige

Des responsables de la Coopérative nationale des entreprises de transport de marchandises (CNETM) ont souhaité, jeudi, une intervention de Macky Sall contre...

SENEGAL-TOURISME / Sédhiou : des acteurs déplorent des annulations en cascade de réservations

Les tensions politiques liées au report annoncé de l’élection présidentielle du 25 février ont entrainé une série d’annulations de réservations dans les...

SENEGAL-ECONOMIE-PERSPECTIVES / Les banques centrales invitées à ne pas perdre de vue leur mission principale, malgré leur intérêt pour le climat

Les banques centrales, malgré l’intérêt qu’elles doivent manifester pour l’impact du changement climatique, ne doivent pas perdre de vue leur mission principale...

Restez connectés

22,024FansJ'aime
0SuiveursSuivre
21,500AbonnésS'abonner
- Publicité -
- Publicité -

Derniers Articles

SENEGAL-TRANSPORTS-LITIGE / Rénovation du parc des gros porteurs : une médiation du chef de l’État demandée dans un litige

Des responsables de la Coopérative nationale des entreprises de transport de marchandises (CNETM) ont souhaité, jeudi, une intervention de Macky Sall contre...

SENEGAL-TOURISME / Sédhiou : des acteurs déplorent des annulations en cascade de réservations

Les tensions politiques liées au report annoncé de l’élection présidentielle du 25 février ont entrainé une série d’annulations de réservations dans les...

SENEGAL-ECONOMIE-PERSPECTIVES / Les banques centrales invitées à ne pas perdre de vue leur mission principale, malgré leur intérêt pour le climat

Les banques centrales, malgré l’intérêt qu’elles doivent manifester pour l’impact du changement climatique, ne doivent pas perdre de vue leur mission principale...

SENEGAL-AFRIQUE-ECONOMIE / OHADA : les pays membres invités à s’acquitter de leurs arriérés de cotisations

Le Secrétaire permanent de l’Organisation pour l’harmonisation en Afrique du droit des affaires (OHADA), Mayatta Ndiaye Mbaye, a invité mardi les pays...

Appui à la Diaspora : 100 projets bénéficient de 500 millions FCFA du FAISE

https://www.youtube.com/embed/OgUdfVRdtZw Le Fonds d’Appui à l’Investissement des Sénégalais de l’Extérieur (Faise) a tiré, ce 22 janvier, un...